Indigo Index du Forum
Indigo
Discussions et sujets en tous genres et entraide informatique
 
FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 

 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Bienvenue dans le monde de l’enseignement !
 
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Indigo Index du Forum >>> Thématiques >>> Actualité

Auteur Message
DamKre
Webmaster
Webmaster


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 668
Localisation: Bruxelles - Belgique
Masculin Bélier (21mar-19avr) 牛 Buffle
Système: Windows
Navigateur: Firefox

MessagePosté le: Lun 14 Déc 2009 - 14:39    Sujet du message: Bienvenue dans le monde de l’enseignement ! Répondre en citant

Voici un article de La Libre Belgique...

Très intéressant, je vous en fait part :

La Libre Belgique a écrit:



Bienvenue dans le monde de l’enseignement !

Jean-François Nandrin, enseignement et criminologue

Mis en ligne le 14/12/2009

A quand la loi nous fixant le nombre de centilitres de café, l’heure à laquelle le boire – sans oublier de préciser les dérogations et, bien sûr, les recours possibles ?

Bienvenue à Madame Simonet dans le monde de l’Enseignement. Elle vient de découvrir que la Terre est ronde : il y a pénurie d’enseignants, "essentiellement en mathématiques, sciences et langues modernes" (essentiellement signifiant : dans d’autres matières aussi). Les professeurs absents ou pensionnés sont difficilement remplaçables (cela signifie des semaines sans cours, parfois) ; et il ne faut pas faire la fine bouche ! Des étudiants en fin de formation, de jeunes collègues (33 % !), voire des plus anciens, se redirigent vers des secteurs mieux valorisés.

Que valent les pistes de solution de la Ministre ? La revalorisation salariale, qui s’y opposerait ? Mais pour être honnête, nous gagnons bien notre vie. Il faudrait plutôt veiller à ce que les jeunes rejoignent plus vite les barèmes des anciens - d’autant qu’ils n’ont pas toujours un horaire complet. Quant à la revalorisation du métier en mettant en évidence que nous sommes des professionnels, c’est sous-entendre qu’on pourrait en douter et croire que nous enseignons par accident ou en dilettantes. Mais pour faire passer ce message, ne faudrait-il pas regarder en face les effets pervers de certains décrets ? Si on parlait de l’envie d’enseigner que donne l’acharnement administratif ? Ou quand on nous demande de plus en plus avec de moins en moins de moyens ?

Illustrations - les deux premières étant de saison. En vue des contrôles, nous devons légalement distribuer les compétences aux élèves - ce qui a déjà été fait en septembre, soit dit en passant, et ce qui, on l’espère, transparaît des cours après trois mois, afin que les parents puissent examiner si nos questionnaires y correspondent bien et "casser" éventuellement un contrôle (raté, cela va de soi). Les interros sont rédigées dans l’éventualité de devoir se justifier. De même les commentaires des bulletins : trop encourageants, ils justifieront un recours car on n’aura pas averti d’un échec et l’élève n’aura pas su mettre en place ce qu’il fallait ; si on avertit d’un possible échec, on risque de tomber dans la prophétie auto-réalisatrice.

Est-ce une protection contre les "barons" qui s’acharnent sur un élève ou font des contrôles "rien à voir" (comme disent les élèves) avec la manière dont le cours a été enseigné ? On peut tranquillement suggérer ici de simplement lever le système de nomination définitive ou de soumettre celle-ci à une formation continue avec examen. Personne ne commettra le suicide politique de le faire. La boite de Pandore des recours est entre-temps ouverte. Nous sommes ainsi amenés à plus boulonner nos contrôles contre toute attaque qu’à faire de la pédagogie. Comme souvent, "le mieux est l’ennemi du bien" et l’élève paye la folie décrétale que nous avons connue, organisée par des cabinetards déconnectés des écoles.

A quand la loi nous fixant le nombre de centilitres de café, l’heure à laquelle le boire - sans oublier de préciser les dérogations et, bien sûr, les recours possibles ? "Parents, nous connaissons notre métier, faites-nous confiance, et quand il y aura un échec ou une remarque, demandez d’abord à vos enfants de se justifier." Message difficile à faire passer quand l’Etat nous met, par avance, sur la sellette ! Autre illustration : on a légiféré autour des "jours blancs" pour empêcher les écoles de finir trop tôt - plus exactement, pour éviter que les jeunes, cette "armée du crime" (1), ne se retrouvent dans la rue. C’est que ça coûte cher, puisqu’il n’est pas rare que les galeries commerçantes doublent le nombre de gardes lors de ces jours.

Quant à savoir si ces craintes étaient justifiées, quelle action de fond entreprendre, on a vite trouvé : gardons-les le plus longtemps possible en cage. Beau programme pédagogique qui met certainement les jeunes en appétit d’école. Faisons de l’occupationnel et pensons qu’ils vont trouver cela passionnant ! Parce que la société a peur de ses jeunes et que les parents sont occupés ailleurs, il a fallu compacter, jusqu’à l’étranglement, ces jours ("noirs" pour nous) qui servent aux conseils de classe. Donc, moins de conseils, plus rapides, durant plus tard, au détriment des élèves dont la situation est moins finement analysée.

Si nous parlions encore des changements continus que nous vivons depuis plus de dix ans ? Depuis le choc des résultats Pisa (bien qu’on puisse contester la pertinence des leçons qu’on en tire), on continue un incessant bricolage largement clientéliste, réparant par des erreurs celles accumulées par les décisions précédentes. L’Enseignement ressemble à une voiture dont les vitesses ne fonctionnent pas. On a changé la batterie et les bougies ; on a changé les pneus et l’huile ; on a changé les sièges et le carburateur ; le conducteur et le rétroviseur. "Tiens, aucune amélioration ?" A quand donc un garagiste qui connaisse l’enseignement - et s’il faut remettre le modèle de l’école en question, qu’on ait le courage d’opérer, après l’avoir suffisamment testé localement, un changement réfléchi, décisif, sur un temps court afin que les acteurs s’y retrouvent une fois pour toutes - comme l’a fait la trop fameuse Finlande.

Et si nous parlions d’éducation ? "Il faut résoudre "les problèmes de discipline’’ avant de prétendre inculquer "une discipline intellectuelle’’. (2) Ils ne sont donc pas dans la rue, les fameux jeunes : ils sont face à nous ! Résolvons d’abord la présence d’élèves non éduqués dans nos écoles, en les renvoyant à leurs parents, que nous puissions accueillir toutes les mixités, sociale, culturelle et intellectuelle, et travailler. Pour éviter tout sous-entendu, je pense en écrivant ceci au petit évènement du jour : Julie (16 ans), issue d’un très bon milieu, écoute son IPod en classe, insulte la professeure qui lui demande de l’enlever, l’envoie finalement balader. Nous savons déjà le coup de fil agressif de sa mère, demain, ne cessant de répéter qu’elle veut une école ferme mais nous reprenant sur chacune de nos doléances. Nous devrions pallier ses carences d’éducation, sans déplaire toutefois au petit trésor. Et si on parlait encore (grâce à Dieu, la place manque !) des "full inspections" (sic ! Comme les "full integrated police actions" ?), des Plans individualisés de vingt pages (par élève, s’entend) avec moins de temps de conseil ? Etc. Revalorisation salariale ? Que la Ministre fasse simplement en sorte que nous puissions exercer le métier que, nous, nous connaissons ! Ça, ça donnera vachement envie de l’exercer !Jean-François Nandrin; enseignant et criminologue

(1) Pasin. 1912, p. 249 sq.; loi de la jeunesse 15.5.1912, MB, 27-28-29.5.1912.

(2) Maingain, Alain, “Pour une autorité bienveillante et structurante”, pp. 21-23 in Indirect. Les clefs de la gestion scolaire, 2008, n° 12, p. 34.




( Source : http://www.lalibre.be/debats/opinions/article/549225/bienvenue-dans-le-mond… )

S'il faut commenter, c'est à vous ^^

__________________________________________________
DamKre

Administrateur-Correcteur sur l'Holonet.




Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Lun 14 Déc 2009 - 14:39    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Indigo Index du Forum >>> Thématiques >>> Actualité Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo